juin 29, 201706 74 04 44 40thomas.dadoun@gmail.comBienvenue sur mon site !

Dr Colors’s Graffiti Machine

Alors que l’ art urbain profite d’un engouement mondial, l’idée est de se focaliser sur le tag, moins élitiste, brutal, rudimentaire, la discipline la plus rejetée et incomprise du graffiti. Une pratique d’initiés, que peu savent déchiffrer, apprécier. 

DrColors présente « Graffiti Machine » pour la première fois à l’exposition « A Nous York » (Lille, Oct 2014 / Jan 2015).
Créée à partir de matériaux de récupération (bois, roues de skateboard, mètres de bricolage), elle reproduit une sélection de célèbres tags new-yorkais. Une accumulation, jusqu’à saturation. Du Tag pur, sans artifice. La signature. L’ essence même du Graffiti.
Cette expérience artistique tente de reproduire le mouvement machinal, la répétition, le geste compulsif du taggeur.

Le collectif Dr Colors nous a commandé cette vidéo, sur laquelle j’ai fait un peu de cadrage et toute la post-production, afin de mettre en lumière une machine à Graffiti qu’ils ont construite pour l’expo « A Nous York » à la fin 2014.

L’idée était de mettre en avant, à la fois l’aspect DIY (Do It Yourself) de la machine, faite avec des matériaux et mécanismes de récup’, et à la fois la superposition de ces tags New-Yorkais très connus dans le milieu.
Nous avons donc opté pour une première partie de la vidéo axée sur des gros plans de la machine, afin de l’appréhender sous tous ses angles. Cela contribuait aussi à installer une ambiance étrange, presque SF, pour coller au mieux à l’esprit de la machine.

La deuxième partie, elle, commence en même temps que la musique accélère. Cette partie se devait d’être rapide, avec beaucoup de cuts, de jeux sur la vitesse, sur le rewind. Car, il s’agit là de montrer le maximum de ces tags légendaires, de les voir s’accumuler. On suit avec le montage le mouvement mécanique de la machine, les tags se superposent de manière brute et répétitive.
Comme la description de la vidéo le dit si bien: « Cette expérience artistique tente de reproduire le mouvement machinal, la répétition, le geste compulsif du taggeur. ». La vidéo aussi.

Enfin la 3ème partie est plus calme, et voit s’opposer la machine à un graffeur reconnu, Jonone, sur le même modèle de Tag, à savoir le blaze de ce dernier.
On passe sur un fond noir pour cette fois mettre en avant le tracé pur. Et on se rassure: la main humaine reste meilleure :)

Pour la musique, de Jon Hopkins, le choix a été fait par Dr Colors, dans le but d’avoir des sonorités industrielles qui nous renvoient  toujours à la machine, et à un univers technologique, et pour le moins étrange.
La post-production s’est fait en grande partie avec l’objectif de coller au mieux, tant dans le rythme que dans l’ambiance, à cette oeuvre musicale.

Enfin, pour le choix d’étalonnage, j’ai simplement décidé de mettre en avant les couleurs, pour que l’oeil reste bien accroché aux Tags. J’ai donc beaucoup joué sur le contraste et la saturation, tout en essayant d’insuffler via un léger filtre violet, une ambiance froide.

DrColors2

Recommended Posts

Comments

pingbacks / trackbacks

  • […] L’année dernière, à l’occasion de l’exposition « A Nous York » à la Maison Folie Wazemmes de Lille, le duo Dr Colors avait créé une machine à graffitis. J’avais à l’époque, avec Cultur’all, réalisé la vidéo de cet événement, afin de présenter la machine. C’était une vidéo courte, rythmée, proche d’un clip. J’en parlais ici. […]

Contactez-moi

N'hésitez pas à me contacter pour toutes questions, demandes de devis, propositions de collaboration, etc...